Operas
Arias

La Grande-Duchesse de Gérolstein

Jacques Offenbach

Arias (sheet music for voice and piano):

Fritz (Tenor)

Allez, jeunes filles, dansez et tournezEn très bon ordre nous partimes

General Boum (Baritone)

Piff, paff, pouff

La Grande Duchesse (Mezzo)

Ah! que j'aime les militairesDites lui qu'on l'a remarquéIl était un de me aïeuxVoici le sabre de mon père

Prince Paul (Tenor)

Pour épouser une Princesse

Vocal score

"La Grande-Duchesse de Gérolstein" PDF 20Mb "La Grande-Duchesse de Gérolstein" PDF 33Mb

6. Couplets du sabre (Act I)
Overture
En attendant que l'heure sonne
Ô mon Fritz, que tu m'affliges
Allez, jeunes filles
Des femmes dans nos camps
A cheval sur la discipline
Vous n'êtes pas méchants
Et pif paf pouf
Hou! le vilain soldat
Me voici!
Ah! Ah! je t'y prends!
Portez armes, présentez armes
Vous aimez le danger
Ah! que j'aime les militaires
Je suis contente, général
Ah! c'est un fameux régiment
Sonnez donc la trompete
Madame madame
Pour épousez une Princesse
Méchante - Eh bien, voilà
Ils vont tous partir pour la guerre
Écoutez tous la voix
Mais je suis Reine
Voice le sabre de mon père
Vous pouvez sans terreur
Partez, partez, musique
Entr'acte
Enfin la guerre est terminée
Laissez-moi passer
Je t'ai sur mon coeur
Qu'est ce qu'il y a dans ta lettre
Ah! lettre adorée
Eh bien et mon Grog
Après la victoire
Madame en quatre jours
En très bon ordre nous partimes
Mes compiments, général
La la la la la
Plus personne
Oui, Général quelqu'on vous aime
Dites lui qu'on l'a reemargue
Eh! Bein, reponds-moi maintenant
Eh bien, voilà
Melodrame
Ne devinez-vous pas
C'est entendu
Logeons le donc
Altesse - Eh bien, général
O grandes leçons du passé
A partir de demains alors
Sortez, sortez, sortez
Nous amenons la jeune femme
Bonne nuit monsieur bonne nuit
Enfin, nous voilà seuls!
Faut-il mon Dieu
Ouvrez, ouvrez
A cheval vile monsieur le général
Entr'acte-galop
Au repas come à la bataille
Messieurs je vous salue
Il était un de mes aïeux
Ah! ma chère femme
Voici revenir mon pauvre homme
Eh! bien Altesse me voilà
Vous n'avez pas d'autre explication
Enfin, j'ai repris le panache